Stopper votre addiction au sucre définitivement
JOUR 2 : L'erreur très souvent commise, et qui vous empêche de perdre du poids

Dans la leçon d’hier, on a vu, à travers l’étude de cas de Dominique, qu’en vous libérant du sucre raffiné vous pouvez littéralement vous transformer aussi bien physiquement que mentalement, et ce, peu importe votre situation actuelle.

Mais il y a une erreur qui est très souvent commise par les personnes qui souhaite se libérer du sucre raffiné, c’est d’utiliser les mauvaises alternatives.

Pourquoi ?

Comme je l’explique dans mon guide ultime pour perdre de la graisse, que je vous conseille de lire (si ce n’est pas déjà fait ;)), l’hormone responsable de votre prise de poids, c’est l’insuline.

Je ne vais pas rentrer dans les détails ici parce que je vous ai fait assez mal à la tête dans mes différents articles sur le sujet, mais pour rappel et pour faire simple :


Lorsque vous allez manger des aliments, les glucides seront décomposés en glucose pendant la digestion, puis vont passer directement dans votre sang. 


Votre niveau de sucre sanguin va donc naturellement s'élever au cours du repas.

L'insuline est une hormone de stockage qui va être sécrétée par le pancréas, et qui va permettre d’extraire le surplus de sucre sanguin pour l’utiliser soit immédiatement sous forme de glycogène, ou soit de le stocker dans vos réserves sous forme de graisse pour une utilisation ultérieure.

Donc, en partant de ce principe, beaucoup « d’experts » recommande de ne consommer que des aliments à faible indice glycémique pour ne pas trop stimuler votre pancréas, et donc réduire vos sécrétions d’insuline.

Ce qui, à terme, vous permettra de perdre de la graisse (dans la théorie).


Dans la pratique, c’est autre chose ! 


L’insuline a, en effet, un rôle primordial dans la prise de poids (et donc dans la perte), mais cette hormone, au risque de vous surprendre, n’est pas seulement dépendante du niveau de sucre sanguin


Elle peut être stimulée par d’autres facteurs comme le stress, les protéines (surtout animales), mais aussi la résistance à l’insuline, c’est sur ce dernier que nous allons nous arrêter aujourd’hui. 


Certains aliments ont un indice glycémique bas, ce qui veut dire qu’ils ont un faible impact sur votre niveau de sucre sanguin, et pourtant, ces mêmes aliments augmentent tout de même votre risque de prendre de la graisse.


C’est le cas, par exemple, du sirop d’agave, qui est souvent cités comme étant une alternative « saine »  pour remplacer le sucre raffiné, sous prétexte que son indice glycémique est bas, alors que celui-ci est encore plus dangereux que le sucre blanc « classique ».  


Je vais vous expliquer un peu plus loin pourquoi.


Je reçois d’ailleurs très souvent des messages de personnes souhaitant savoir ce que j’en pense, et à qui l’on a recommandé cette alternative : 

Surprenant, n’est-ce pas ? 


Alors oui, arrêter le sucre raffiné vous permettra d’atteindre vos objectifs de perte de poids, et bien plus, mais à condition seulement de choisir les bonnes alternatives.


Vous vous demandez pourquoi le sirop d’agave est une très mauvaise alternative au sucre raffiné ? 


OK très bien... ce qui nous amène à parler du type de sucre le plus dangereux : le fructose !


Le fructose est souvent considéré « sain » car c’est le type de sucre contenu dans les fruits. 


Il a un indice glycémique bas, et ce, parce qu’il ne passe pas directement dans votre sang, comme le fait le glucose.


Il ne peut pas être utilisé tel quel par votre corps, il doit donc subir une transformation au préalable, c’est à ce moment-là que rentre en jeu votre foie.


Il est considéré par votre corps comme un produit toxique, et comme toutes les substances toxiques (comme l’alcool par exemple), c’est votre foie (et votre foie seul) qui peut le synthétiser. 


Si vous surchargez votre foie de fructose, celui-ci va être stressé, et il va s’engraisser, ce qui va le transformer en foie gras, et favorisera la prise de graisse abdominale, comme le montrent les études ci-dessous : 

Les industriels ont bien compris que la mode de l’indice glycémique prenait de plus en plus d’ampleur, ils ont donc surfés sur la vague. 


Ils utilisent de plus en plus de fructose dans leur produit (extrait à partir de maïs — transgénique — le plus souvent) car ils coûtent moins cher, et ça leur permet de faire passer un produit toxique pour un produit « healthy » grâce à son faible indice glycémique. 

Qu'en est-il de l'insuline ?


L’impact du fructose sur l’insuline n’est pas direct, mais plutôt indirect, dans le sens où celui-ci va favoriser la résistance à l’insuline au niveau du foie, qui elle-même va élever, à son tour, votre niveau d’insuline. 


Cette étude montre l’impact du fructose sur la résistance à l’insuline, et la prise de graisse viscérale (autour de vos organes). 


Si cela vous intéresse, je parle plus en détail de la résistance à l'insuline dans un article complet sur le sujet : 

« Mais attends Hakim, si j’ai bien compris tu nous dis que les fruits sont mauvais pour notre santé ? »

 

Attention ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dis :D. 


Certes le fructose est dangereux pour votre santé, mais SEULEMENT lorsque celui-ci est isolé, et séparé de sa base, comme c’est le cas dans la plupart des produits industriels.


Vous pouvez continuer à manger vos fruits préférés sans problème.  


La quantité de fructose contenu dans les fruits est beaucoup trop faible pour être néfaste dans une perte de poids, à condition, bien entendu, que vous n’en consommiez pas 15 par jour, et que vous preniez le fruit ENTIER, et non pas sous forme de jus. 

Attention aux alternatives aux sucres


Pour combler votre manque de sucre, des tas de nouvelles alternatives à la mode ont fait leur apparition dans le commerce ces dernières années. 


On a vu le cas du sirop d’agave qui, malgré son faible indice glycémique, était une mauvaise alternative au sucre raffiné. 


Mais il y a aussi d’autres types de sucre qui ont fait leur apparition comme les alcools de sucre, par exemple le xilytol, le sorbitol, et tout ce qui se finit par [–ol].


Ils sont recommandés pour leur faible teneur en calories, et leur faible indice glycémique, mais ça n’en fait pas pour autant de bonnes alternatives. 


Ils ne sont pas bien absorbés par votre corps et causent très souvent des réactions allergiques et troubles intestinaux, comme des ballonnements, diarrhées, crampes, etc.


Il y a encore très peu d’études sur ces produits, donc je ne vous les recommande pas. 


Il y en a un autre qui a fait son apparition, et qui est devenu très populaire, c’est le sucre de coco.


Celui-ci est vu comme une alternative saine au sucre raffiné pour son indice glycémique relativement bas (qui est dû à sa forte concentration en fructose comme le sirop d’agave). 


De plus, les différentes études réalisées sur le sucre de coco, et qui mettent l’accent sur son indice glycémique bas et ses bénéfices sur la santé, proviennent très souvent de pays ayant un intérêt économique dans sa commercialisation, comme les Philippines par exemple, à prendre donc avec des pincettes.


Le sucre de coco, même s’il contient un peu plus de nutriments, et qu’il est moins raffiné que le sucre blanc, ne s’en éloigne pas de beaucoup pour autant. 


Un conseil : méfiez-vous toujours de tout ce qui est à la mode, et revenez à la base.


Comme alternative plus saine, il en existe plusieurs comme les fruits frais, ou le miel par exemple, ce dernier était d’ailleurs le seul produit sucrant utilisé à l’époque de nos ancêtres. 


Mais il y en a d’autres, dont on parlera plus tard. 


Attention ! Une dernière chose importante ! 


Arrêtez le sucre, c’est bien, mais ne faites pas l’erreur de trouver des alternatives au sucre trop tôt, qu’elle soit saine ou pas. 


Sinon vous allez seulement compenser votre manque de sucre raffiné par une grosse quantité d’un autre sucre, et même sain, le sucre reste un produit dangereux à forte dose.


On en parlera plus en détail demain, mais vous devez déjà vous sevrer totalement du sucre, et une fois que vous vous en êtes libéré, vous pourrez réintroduire les sucres sains progressivement dans votre alimentation.  


Mais ne vous en faites pas, ça sera le sujet de la leçon de demain ;). 

Que faut-il prendre en compte pour perdre du poids ?


Comme on a vu, suivre seulement l’indice glycémique des aliments n’est pas un bon indicateur pour perdre du poids car celui-ci prend en compte seulement le niveau de sucre sanguin. 


En plus, l'indice glycémique oublie un élément fondamentale à savoir : la quantité consommée. 


Exemple : 


La carotte a un indice glycémique élevé, est-ce que ça voudrait dire que la carotte n’est pas bonne pour perdre du poids ? 


Non !


Parce qu’il faudrait consommer 50 gr de glucides contenus dans la carotte pour avoir un pic élevé du niveau de sucre sanguin. 


Est-ce que vous savez quelle portion vous faudrait-il pour avoir 50 gr de glucides sous forme de carottes ? 


Ça correspond à plus d’un demi-kilo (600 gr pour être exacte), ce qui est loin d’être une portion normale pour le commun des mortels, on est d’accord ? :D

C’est pour cela que prendre en compte la charge glycémique au lieu de l’indice sera plus représentatif, mais celle-ci a aussi ses limites, parce que, tout comme l’indice, elle prend seulement en compte le niveau de sucre sanguin.

Quoi faire alors ?


Comme le montre le schéma ci-dessous de toutes les causes de la prise de poids, tiré de mon article sur les protéines, on peut voir que le dénominateur commun de toutes les causes, c’est l’insuline.  

Lorsque cette hormone, qui je le rappelle, a un rôle protecteur à la base, se trouve en quantité élevé, la perte de poids se retrouve bloquée.

L’idéal serait donc de prendre en compte seulement la réponse insulinique, mais c’est difficile à mettre en place dans la vie réelle, parce que celui-ci est dépendant d’une multitude de facteurs.


En prenant en compte seulement l’alimentation, la réponse insulinique va dépendre :

  • du type d’aliment 
  • de la composition de l’aliment
  • du mode de cuisson
  • de la quantité ingérée
  • du temps que vous allez mettre à manger
  • de la durée de cuisson, etc.

L’indice insulinique va varier en fonction de plein de facteurs, et ça peut vite devenir un vrai casse-tête à n’en plus finir. 


Ex. : un plat de pâtes al dente aura un indice insulinique moins élevé qu’un plat de pâtes fondantes car la durée de cuisson sera moindre dans le premier cas.


Mais je vous rassure, mon but ce n’est en aucun cas d’ajouter du stress dans votre vie, je ne veux pas compliquer les choses, et je ne vais pas vous recommander une chose que moi même je ne pourrais appliquer au quotidien.


Ma philosophie est très simple : 

Oubliez les calories, les indices glycémiques, et tout autre élément superflu, et revenez à un mode de vie beaucoup plus simple dans lequel vous allez prendre du plaisir à manger sans restriction et sans frustration des aliments naturels, et non transformés.

Et pour cela, la priorité ce n’est pas de vous faire un tableau super complexe avec des milliers de valeurs à en faire mal à la tête un spécialiste en calcul quantique. 


Votre priorité, c’est (seulement) de vous éloigner de tous les aliments raffinés, transformés, et sortis d’un laboratoire (en commençant par le sucre raffiné) pour vous concentrer sur de vrais aliments entiers, naturels, et nutritifs que votre corps connaît par coeur, pour les avoir manipuler depuis des milliers d'années. 


Dites-vous toujours une chose, et je conclurais là dessus : 


Le problème ne vient pas de l’aliment, mais de sa transformation !


Ce que la nature nous a mis à disposition n’est pas poison, ce qui est poison, c’est ce que l’Homme en a fait. 


Sur ces belles paroles, moi je vous laisse :D. 


J’espère que vous avez aimé ce deuxième jour de formation ;). 


Demain, je vous expliquerais les 7 étapes pour stopper votre addiction au sucre, et commencer à vous transformer en machine à brûler des graisses ;). 


À demain. 

© 2019 Santé d'Acier. Tous droits réservés. Mentions légales.